Choisir entre FIV et insémination artificielle: prix et taux de réussite

La fécondation in vitro et l’insémination artificielle sont deux techniques de procréation médicalement assistée (PMA ou AMP) bien différentes. Chacune d’entre elle est indiquée pour résoudre une série de problèmes de fertilité et le procédé à suivre est différent selon l’une ou l’autre.

Il est recommandé de faire confiance à son spécialiste et d’accepter ses conseils, car il essaiera toujours de minimiser son intervention pour obtenir la grossesse.

Différences dans le processus de PMA

Chez un couple hétérosexuel, il est recommandé de consulter un spécialiste après un an d’essais, ou 6 mois si la femme est âgée de plus de 37 ans. S’il s’agit de femmes célibataires ou de couples lesbiens, elles devront consulter dès le moment où elles souhaitent devenir mères.

La PMA englobe plusieurs techniques et il est souvent difficile de se décider. Tout d’abord, le choix de la technique va dépendre du spécialiste, car c’est lui qui connaît les indications des techniques et qui vous conseillera sur les risques et les résultats, bien que le choix final corresponde au patient.

L’insémination artificielle (IA) est la technique la plus simple. Elle consiste à déposer du sperme à l’intérieur de la cavité utérine. La fécondation de l’ovule est produite naturellement, dans le corps de la femme.

Vous trouverez plus d’informations sur ce lien: Qu’est-ce que l’insémination artificielle?

En revanche, une FIV (fécondation in vitro) consiste à extraire les ovules d’une patiente afin de réaliser la fécondation en laboratoire et de transférer les embryons. Il s’agit d’une technique plus complexe qui requiert une intervention chirurgicale (la ponction folliculaire), réalisée sous anesthésie.

Les deux techniques emploient un traitement de stimulation ovarienne pour produire plus d’un ovule mature par cycle, bien que la stimulation soit différente selon la technique employée.

Lors d’une insémination, les dosages de médicaments sont inférieurs à ceux d’une FIV. En effet, les spécialistes préfèrent limiter le nombre de follicules obtenu, 1 ou 2, afin de réduire la probabilité de grossesse multiple.

Lors d’une fécondation in vitro en revanche, on peut obtenir jusqu’à 12 ovules sans problème, car ils seront extraits lors de la ponction folliculaire pour ensuite les féconder en laboratoire et ainsi produire les embryons.

Parmi les embryons de meilleure qualité, on choisira d’en transférer un ou deux, de sorte que les taux de réussite soient multipliés sans pour autant risquer une grossesse multiple.

Si vous cherchez une clinique à l’étranger qui puisse s’adapter à vos besoins, nous vous conseillons de remplir notre formulaire : Devis personnalisé de don d’ovocytes et traitements.

C’est gratuit et sans engagement et vous pourrez être mis directement en contact avec des cliniques qui pourront vous prendre en charge et vous expliqueront tout le protocole de façon personnalisée.

Nous vous expliquons tout sur: La fécondation in vitro.

Quand faire une IA et quand faire une FIV?

Chaque technique est différente et est recommandée pour chaque cas. L’insémination artificielle est recommandée lorsque:

  • La femme a moins de 35-37 ans.
  • L’ovulation est produite naturellement, et les troubles de fertilité sont moindres.
  • Les trompes de Fallope sont perméables et il n’y a aucun problème grave de fertilité féminine.
  • Le sperme doit présenter une qualité minimum, et un recomptage de spermatozoïdes mobiles (REM) d’au moins 3 millions.

La fécondation in vitro, elle, est recommandée dans des cas plus grave de troubles de la fertilité:

  • Une ovulation est nécessaire, bien qu’il soit plus facile d’obtenir une réponse ovarienne en raison des dosages du traitement.
  • Il n’est pas nécessaire d’avoir les trompes perméables.
  • Elle est recommandée après plusieurs échecs d’insémination artificielle.
  • Elle peut être réalisée malgré des troubles modérés ou sévères de la fertilité masculine.

Conditions de remboursement

Qu’il s’agisse d’une FIV ou d’une insémination artificielle, en France la PMA est remboursée à 100% par l’Assurance Maladie, sur la base des tarifs sécurité sociale.

La prise en charge débute dès le 6ème mois de grossesse, et jusqu’au 12 ème jour après l’accouchement.

Conditions communes à toutes les techniques

Une demande préalable doit être établie auprès de votre CPAM. Votre médecin doit remplir un protocole de soins que vous remettrez à l’assurance maladie. Si elle ne vous adresse pas de réponse, c’est que votre demande est acceptée.

Si la PMA est soldée d’une réussite, c’est-à-dire que vous êtes enceinte, vous serez prise en charge comme n’importe quelle autre femme.

Par contre, certaines conditions sont à respecter, que ce soit dans le cadre d’une FIV ou d’une IA:

  • Le couple doit être en âge de procréer, la décision étant prise par le couple et un médecin.
  • Le couple doit être marié ou justifier d’une vie commune de 2 ans.
  • Il doit s’agir d’un couple hétérosexuel.
  • Le recours à la PMA doit être justifié par un problème médical comme l’infertilité, ou le risque de transmission d’une pathologie à l’enfant.

Conditions pour la FIV

La fécondation in vitro est remboursée à hauteur de 4 tentatives. Au-delà, sa prise en charge est à vos frais, et coûte très cher (plus de 3 000€ en moyenne).

Par contre, les compteurs sont remis à zéro à chaque grossesse réussie, et le transfert d’embryons congelés n’est pas considéré comme une nouvelle tentative.

Conditions pour l’IA

L’insémination artificielle est remboursée à 100 % par la sécurité sociale. Son remboursement se limite à 6 tentatives, et couvre l’ensemble des étapes de l’IA.

Attention cependant aux frais qui ne seraient pas couverts par l’Assurance Maladie: le forfait hospitalier, les dépassements d’honoraires, les frais de séjour au-delà de 12 jours après l’accouchement, etc.

Aujourd’hui, la procréation médicalement assistée est réservée aux couples hétérosexuels, et doit être justifiée par une raison médicale.

Les mouvements en faveur du mariage pour tous viennent d’ouvrir le débat sur l’ouverture de la PMA aux couples homosexuels, et le gouvernement a voté l’ouverture aux couples lesbiens et mères célibataires dès 2018.

Taux de réussite

Les taux de réussite de l’IA et de la FIV sont également différents. Pour une insémination artificielle, le taux est d’environ 20 % tandis que pour une FIV il peut atteindre les 40 %.

Ces chiffres restent approximatifs et ils dépendent de la cause de la stérilité et de l’âge de la femme.

En effet, les femmes de moins de 30 ans obtiennent un taux de réussite plus élevé. L’insémination artificielle prête particulièrement attention à l’âge de la femme, car la majorité des cliniques refusent de la réaliser sur des femmes de plus de 37 ans, en raison de la baisse du taux de réussite.

Lors d’une FIV en revanche, le taux de réussite est supérieur chez les femmes de moins de 35 ans.

Aucune des deux techniques n’est plus efficace que l’autre, elles s’adaptent au type de patiente. Les traitements de fertilité doivent être personnalisés au maximum afin d’aider chaque patiente à devenir mère, en s’adaptant à la spécificité des ses problèmes.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Peut-on faire une insémination artificielle avec des ovaires polykystiques?

Si vous souffrez d’ovaires polykystiques il est possible d’avoir recours à une insémination artificielle. L’important c’est que les médecins régulent votre cycle par le biais d’une stimulation ovarienne légère afin de contrôler votre cycle ovulatoire.

Il est recommandé de vous rendre dans un centre de PMA afin qu’on vous y fasse les examens de fertilité nécessaires pour voir si vos trompes sont perméables, si votre utérus est atteint d’une malformation ou pas, et pour vérifier votre profil hormonal.

Après ces examens, le spécialiste pourra déterminer si la IA serait efficace sur vous. Dans le cas contraire, il vous indiquera le traitement le plus approprié pour que vous réussissiez à tomber enceinte malgré les ovaires polykystiques.

L’insémination artificielle et une faible réserve ovarienne sont-elles compatibles?

En prenant en compte ces différents résultats ainsi que de l’âge de la femme, ses antécédents, son examen clinique, le médecin évalue la réserve ovarienne. Face à une infertilité identifiée, plusieurs réponses médicales pourront être envisagées selon les bilans féminin et masculin. Dans la plupart des cas, c’est la FIV qui est recommandée.

Le fait qu’une femme dispose d’une réserve ovarienne faible ne constitue pas toujours un diagnostic négatif et dépourvu de traitement. Si la FIV est exécutée, le médecin ajustera le protocole de stimulation aux doses de médicaments nécessaires afin d’optimiser le cycle.

Lorsqu’une réserve ovarienne faible est diagnostiquée et qu’une femme cherche à tomber enceinte, le plus judicieux est de commencer à essayer de tomber enceinte ou d’entamer un cycle de FIV le plus tôt possible. Ceci augmentera les possibilités d’aboutir à une grossesse et d’avoir un enfant.

Combien coûtent l’insémination artificielle et la FIV?

Une tentative d’insémination artificielle coûte en moyenne 450 euros, mais dans le cadre du traitement de la stérilité, chaque procédure est prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie dans la limite de 6 inséminations artificielles.

Dans le cas de la FIV, elle est prise en charge jusqu’à 4 tentatives, et jusqu’aux 43 ans de la patiente. Chaque tentative doit faire l’objet d’une demande de prise en charge. Une fois le quota de tentatives atteint, le couple peut bien sûr persévérer, mais à ses frais.

Peut-on faire une insémination artificielle quand on est célibataire?

Non. En France, l’AMP est strictement encadrée par la loi de bioéthique du 7 juillet 2011, et dans l’état actuel de la loi, elle est réservée aux couples hétérosexuels mariés ou vivants en concubinage notoire depuis plus de deux ans.

Cependant, dès 2018, la PMA sera ouverte à tous les couples lesbiens et mères célibataires.

La rédaction vous recommande

La procréation médicalement assistée (PMA) ou assistance médicale à la procréation (AMP) est l’ensemble des techniques utilisées dans le but d’obtenir une grossesse lorsque celle-ci ne se produit pas de manière naturelle à causes de problèmes de fertilité.

Nous vous expliquons ici: Les différentes techniques de PMA.

Connaissez-vous l’insémination artificielle avec sperme de donneur? Elle est recommandée aux couples dont le sperme de l’homme n’est pas suffisamment fonctionnel pour obtenir une grossesse.

Vous trouverez des informations sur ce lien: Qu’est-ce que l’insémination avec sperme de donneur?

2 commentaires

  1. usuario
    Felina45

    bonjour, j’ai 31 ans et un fils de 11 ans et j’ai un nouveau conjoint, cela fait un an que nous essayons d’avoir un enfant et n’y arrivons pas.
    Le problème c’est que j’ai des ovaires polykystiques, serait-il possible de le traiter avec une insémination artificielle?

    • avatar
      Jessica EscuderoConseillère en fertilité

      Bonjour Félina45,

      En suivant un traitement approprié, il est tout à fait possible que vous tombiez enceinte par insémination artificielle, même s’il est recommandé d’aller consulter un gynécologue qui agira en fonction de votre cas.

      Si jamais il considère que ce n’est pas possible, il vous orientera vers une fécondation in vitro.

      Bon courage,

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.