Dernière actualisation: 27/08/2018

La congélation et la vitrification sont deux techniques différentes employées en procréation assistée pour la cryopréservation d’ovocytes, spermatozoïdes et embryons. L’objectif des deux procédés est le même: préserver les cellules intactes pour usage postérieur. Cependant, ces deux techniques se différencient et, selon le cas, on utilisera l’une ou l’autre.

Différences entre congélation et vitrification

Dans un premier temps, il existait seulement la technique de la congélation. Un très bon résultat était obtenu grâce à la congélation de spermatozoïdes, de telle sorte que leur qualité n’était pas altérée, tandis que les ovocytes ou les embryons, ayant une plus grande taille, ne restaient pas intacts lors de la congélation-décongélation. Les taux de survie de ces cellules étaient très bas et de ce fait, les recherches ont amélioré la technique de la congélation, et ont cherché une méthode qui permettrait d’augmenter les taux de réussite.

C’est ainsi qu’est apparue la vitrification, une méthode actuelle pour la cryopréservation des ovocytes et embryons.

Avec l’apparition de la technique de vitrification un grand progrès a eu lieu dans le domaine de la procréation assistée. Ce procédé consiste à congeler de façon ultrarapide, c’est la raison pour laquelle les grandes structures comme les ovules ainsi que les embryons ne sont pas endommagés par la formation de cristaux.

Cependant, lors de la vitrification, la concentration de cryoprotecteur nécessaire à la déshydratation est plus important et peut s’avérer toxique. C’est pour cette raison qu’il est important de respecter les temps d’exposition à ce produit.

Si les cellules n’excèdent pas le temps de contact établi avec les substances cryoprotectrices, la vitrificaton offre des avantages importants. Vous pouvez observer sur cette image un résumé des principales différences entre les deux méthodes:

Quelles sont selon vous les avancées en procréation médicalement assistée grâce à la vitrification?

Selon le Dr. Javier Díaz, depuis l’introduction de la vitrification, on a noté une forte amélioration des taux de grossesse. Avant, la méthode traditionnelle de congélation des embryons et des ovules faisait baisser drastiquement les taux de réussite. Aujourd’hui, cette technique de vitrification est presque considérée comme une arme thérapeutique de grande utilité car elle permet une simplification de la gestion des patients. Le temps est un facteur important.

Pendant le cycle de la femme, depuis le début de la stimulation jusqu’au moment de la ponction, on ne dispose que de quelques heures pendant lesquelles on peut effectuer le transfert. Cela peut être très complexe car le travail de nombreuses personnes entre en jeu à ce moment-là : biologistes, laborantins, chirurgiens, gynécologues… Il est nécessaire de tout coordonner, ce qui représente un coût élevé. La vitrification a donc permis une grande amélioration des techniques et c’est une arme de plus et fréquemment utilisée dont disposent les spécialistes.

Vitrification des ovules

Il s’agit d’un changement d’état des ovules. Cette technique consiste à réduire la température à laquelle s’expose l’ovocyte, de 37 °C initialement à -196 °C de façon rapide. La vitesse de refroidissement est de 23.000 ° C par minute, alors que dans les techniques traditionnelles la vitesse oscille entre les -0.3 °C et les -2 °C.

Le procédé se déroule dans de l’azote liquide et contenant une forte concentration de cryoprotecteur qui évite la déchirure des membranes cellulaires en déplaçant l’eau de l’intérieur de la cellule. Cette congélation ultrarapide, empêche la formation de cristaux de glace pouvant endommager les structures intracellulaires, il se forme une sorte de couverture autour de l’ovule se transformant en un corps liquide d’aspect vernis, ou vitreux, d’où le nom de vitrification.

Vous pouvez observer sur cette image un schéma des étapes de vitrification. Concrètement l’utilisation du système Cryotop, le mécanisme le plus utilisé actuellement. Il existe d’autres systèmes moins communs comme CryoTip. Dans tous les cas, le processus est similaire.

La dévitrification est le processus inverse. Elle consiste à passer directement les ovocytes de la température de congélation à la température de culture. Puis, les ovocytes vont passer par des milieux de lavage qui vont éliminer le cryoprotecteur.

Concernant les ovules, on s’est rendu compte que la vitrification est la technique idéale puisqu’en se congélant de façon ultrarapide, les cristaux ne se forment pas à l’intérieur pouvant endommager par la suite certaines structures cellulaires. Avec la congélation traditionnelle ou le « slow-freezing », la qualité ovocytaire était gravement réduite.

La vitrification a supposé une grande avancée, car elle permet de préserver la fertilité et d’améliorer significativement le don d’ovocytes.

Préserver la fertilité

Le rythme de vie actuel et la situation socio-économique que nous vivons ont retardé l’horloge biologique des femmes. Sachant que le potentiel reproducteur de la femme diminue avec l’âge, cette technique suppose une grande avancée, car grâce à la vitrification, les ovocytes cryopréservés conservent pratiquement la même qualité que des ovocytes qui n’ont pas été congelés.

De plus, cette méthode permet à beaucoup de patientes atteintes de cancer ou qui ont subi un traitement de chimiothérapie d’être mères biologiques avec leurs propres ovocytes.

Don d’ovocytes

Lorsqu’on utilisait encore la méthode de congélation des ovocytes traditionnelle, les dons devaient se faire avec des ovocytes frais, car beaucoup d’entre eux pouvaient être perdus durant le processus de décongélation.

Cependant, le don d’ovocytes frais n’est pas toujours possible, car il implique la synchronisation des cycles de la donneuse et de la receveuse.

La vitrification des ovocytes a permis d’optimiser le processus de don d’ovocytes, en permettant entre autres de réaliser un don partagé. Ce dernier consiste à employer des ovocytes d’une même donneuse pour plusieurs receveuses, ce qui réduit le coût du traitement et permet une meilleure utilisation.

Vous trouverez dans cet article des informations sur: La technique de vitrification des ovocytes.

PMA Fertilité vous offre la possibilité d'avoir une première consultation gratuite dans une clinique de fertilité avec des tarifs spéciaux pour votre traitement.

Nous avons obtenu des avantages avec les cliniques pour vous aider dans vos démarches. Cliquez ici pour en savoir plus: Voir les promotions sur les traitements de fertilité.

Vitrification des embryons

Avec les embryons, s’agissant de grandes cellules, il se produit la même chose qu’avec les ovocytes. Grâce à la congélation rapide leurs structures cellulaires ne sont pas endommagées, et une fois dévitrifiés, ils poursuivent leur évolution et les divisions de façon normale. Il s’agit d’un grand avantage car si dans un cycle il se produit plus d’embryons de qualité, ils pourront être utilisés ultérieurement sans que la femme doive réaliser à nouveau une stimulation ovarienne.

De plus, la vitrification permet le don d’embryons. C’est un processus de procréation assistée où un couple donne ses embryons surnuméraires issus de la FIV, afin qu’un autre couple puisse les utiliser et fonder sa propre famille.

Si vous cherchez plus d’informations, vous les trouverez ici: La vitrification des embryons.

Congélation de sperme

Les spermatozoïdes sont des cellules très petites, c’est la raison pour laquelle en ayant aussi peu de volume à l’intérieur, il ne peut pas se former de grands cristaux pouvant par la suite porter préjudice à la cellule.

Dû à sa simplicité au moment de réaliser le processus et également aux coûts inférieurs, la congélation des spermatozoïdes est toujours utilisée à l’heure actuelle puisque son taux de survie est très élevé et ne réduit pratiquement pas leur qualité.

Le traitement est-il moins efficace avec du sperme congelé?

Selon le Dr. Antonio Alcaide, la réponse est non. Le succès d’un traitement est le même car les cellules spermatiques survivent très bien à la décongélation et une cellule décongelée est aussi efficace qu’une cellule fraîche. Par conséquent, ni le taux de fécondation ni la qualité des embryons ne sont affectés.

Pour plus de détails, vous pouvez trouver ici: Congélation du sperme.

Vitrification et congélation: quel est le prix?

La congélation et vitrification de gamètes ou embryons sont des techniques qui ne sont généralement pas incluses dans le prix du traitement initial. Par conséquent, il est important de tenir en compte ces prix, aussi bien les personnes qui souhaitent préserver leur fertilité que ceux qui possèdent des embryons surnuméraires.

La législation française autorise l’auto-conservation d’ovocytes uniquement pour des raisons médicales, par exemple, avant un traitement potentiellement stérilisant ou pour des femmes souffrant d’endométriose, de cancer ou lors de FIV. La vitrification d’ovocytes dite de confort n’est donc pas autorisée et les françaises ont recours aux cliniques étrangères.

Les prix varient en fonction de la clinique et du processus. La technique la plus simple et économique est la congélation de sperme, environ entre 200 et 700€.

Congeler ses ovocytes en revanche est plutôt coûteux : environ 2 000 à 3 000 euros. Le prix comprend une stimulation ovarienne, des dosages hormonaux, des échographies, le prélèvement des ovocytes sous anesthésie pendant un court séjour à l’hôpital puis la congélation des ovocytes prélevés. A cette somme s’ajoutent les frais de transport et de logement puis, plus tard, les coûts liés à la dévitrification et à la FIV.

Vos questions fréquentes (FAQ)

A quel âge congeler ses ovules?

La qualité des ovocytes diminue au fur et a mesure que l’âge augmente. Cette baisse est plus prononcée à partir de 35 ans, donc il est recommandé de cryopréserver ses ovocytes avant d’arriver à cet âge-là. De cette manière, la qualité sera supérieure et donc le taux de survie et possibilité de grossesse également.

Congeler ses ovules combien ça coûte?

Le prix de la congélation d’ovules par technique de vitrification peut varier d’une clinique à l’autre. Dans tous les cas, le coût peut varier entre 1900 et 3500€.

Rappelons qu’en France, il est uniquement autorisé s’il est thérapeutique. Vous devrez avoir recours à une clinique étrangère.

Comment congeler mes ovules?

Pour pouvoir bénéficier d’une vitrification d’ovocytes, il est nécessaire de les extraire à travers de la ponction folliculaire. De plus, afin d’obtenir un plus grand nombre d’ovocytes pendant l’intervention, la patiente devra suivre un traitement de stimulation ovarienne.

Par conséquent, la femme désireuse de vitrifier ses ovocytes, afin de préserver sa fertilité, de commencer une FIV, ou don d’ovocytes, devra passer par deux processus: la stimulation médicale de l’ovulation et la ponction ovarienne.

La rédaction vous recommande

Un lien très important existe entre le don et la procréation assistée. De nombreux couples qui se soumettent à un traitement de procréation assistée ont besoin de recourir au don pour pouvoir concrétiser leur rêve d’être parents.

Vous trouverez plus d’informations sur cet article: Don et procréation assistée.

Connaissez-vous le diagnostic préimplantatoire? Il consiste à analyser l’embryon avant l’implantation et ainsi éviter des maladies génétiques ou héréditaires. Voici plus d’informations: Le DPI.

Bibliographie

ESHRE Task Force on Ethics and Law. Oocyte criopreservation for age related fertility loss. Human. Reprod. 2012. 27:1231-1237.

Fertility Assessment and treatment for people with fertility problems. NHS. NICE clinical guideline 156. February 2013.

Alberto Reche y Manuel Martínez Moya. Preservación de la fertilidad. Manual de Buena Práctica Clínica en Reproducción Asistida (pp. 115-131). Sociedad Española de la Fertilidad.

Glujovsky D, Riestra B, Sueldo C, Fiszbajn G, Repping S, Nodar F, Papier S, Ciapponi A. Vitrification versus slow freezing for women undergoing oocyte cryopreservation. Cochrane Database of Systematic Review 2014, Issue 9. Art. No.: CD010047. DOI: 10.1002/14651858.CD010047.pub2.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Gynécologue spécialiste en Procréation Médicalement Assistée
Diplômé en Médecine par l'Universidad de Valencia et Docteur par l'Universidad Estatal de Milán (Italie) et la Facultad de Medicina de Valencia. Directeur et fondateur de l'Unidad de Reproducción Asistida de l'Hôpital Quirónsalud de Valencia depuis 2000. Médecin adjoint du Service de Gynécologie et Obstétrique de l'Hôpital de Valencia depuis 1999.
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 464611654
Gynécologue spécialiste en Procréation Médicalement Assistée. Diplômé en Médecine par l'Universidad de Valencia et Docteur par l'Universidad Estatal de Milán (Italie) et la Facultad de Medicina de Valencia. Directeur et fondateur de l'Unidad de Reproducción Asistida de l'Hôpital Quirónsalud de Valencia depuis 2000. Médecin adjoint du Service de Gynécologie et Obstétrique de l'Hôpital de Valencia depuis 1999. Affiliation au Conseil de l'Ordre: 464611654.
Embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale.
Embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive. Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale.
Embryologiste Senior expert en Génétique Médicale
Diplômé en Biologie et Expert en Génétique Médicale. Master en Biologie et Embryologie du Développement par l'Universidad de Valencia (UV). Membre du Conseil de direction de SEBIR et directeur de laboratoire.
Embryologiste Senior expert en Génétique Médicale. Diplômé en Biologie et Expert en Génétique Médicale. Master en Biologie et Embryologie du Développement par l'Universidad de Valencia (UV). Membre du Conseil de direction de SEBIR et directeur de laboratoire.