Par Rebeca Reus (embryologiste) et Dr. Rocío Núñez Calonge (embryologiste sénior).
Dernière actualisation: 27/08/2018

La congélation du sperme est une technique couramment utilisée qui sert à préserver la fertilité de l’homme. Une fois le sperme analysé, on congèle l’échantillon. Ces échantillons sont conservés dans des banques de sperme, où ils peuvent rester pour un temps illimité, jusqu’à ce que leur utilisation soit sollicitée.

La qualité des spermatozoïdes n’est pratiquement pas altérée par la congélation; on peut donc utiliser le sperme par la suite lors de traitements de procréation assistée pour obtenir une grossesse.

La congélation du sperme consiste à mélanger le sperme de l’échantillon avec un cryoprotecteur, principalement composé de protéines présentes dans le jaune d’oeuf, et à le congeler petit à petit en abaissant progressivement sa température, pour finalement le plonger dans de l’azote liquide.

Formats de congélation

La congélation peut se faire dans des cryotubes, qui sont de petits tubes à essai d’une capacité d’environ 1 ml où l’on dépose le sperme mélangé au cryoprotecteur.

On effectue une première congélation lente avec des vapeurs d’azote et ensuite une seconde avec de l’azote liquide. Les cryotubes sont rangés dans des pailles.

Les spermatozoïdes sont congelés dans des petites pilules lorsque le sperme est précieux, comme dans le cas d’un lavage séminal du virus VIH, ou d’un patient qui a congelé son sperme avant un traitement de chimiothérapie.

De cette façon, son rationnement est plus facile en cas de nécessité dans plusieurs cycles de fécondation in vitro. Ces pilules sont conservées dans des récipients parfaitement identifiés immergés dans des réservoirs d’azote liquide.

Indications

Patients oncologiques

Les hommes qui souffrent d’un cancer et vont subir des traitements de radio et/ou chimiothérapie doivent préserver leur fertilité auparavant s’ils désirent être pères.

En effet, une fois la maladie surmontée, il est possible que la production de spermatozoïdes soit altérée ou que la qualité du sperme soit très basse. Il est également possible que l’altération des spermatozoïdes soit réversible après un certain temps mais, dans la majorité des cas, ces médications engendrent une infertilité masculine permanente.

Vasectomies

Certains patients décident de se soumettre à une vasectomie pour ne pas avoir d’enfants, comme méthode contraceptive, mais conservent toutefois un échantillon de sperme cryoconservé, par précaution. Ainsi, s’ils changent d’avis, ils peuvent devenir pères, que ce soit avec la même partenaire ou une autre.

Problèmes liés au prélèvement de l’échantillon

Certains hommes ont des difficultés à éjaculer et ce problème est parfois lié à la pression du moment; c’est pourquoi, si l’homme laisse un échantillon congelé dans la banque de sperme de la clinique de procréation, il ne sera pas nécessaire qu’il soit présent le jour où la femme se soumettra à la fécondation in vitro.

Donneurs de sperme

La législation espagnole oblige les centres à réaliser une série d’examens pour garantir que le sperme ne soit pas contaminé. Ces tests doivent être effectués des mois après le don, il faut donc que les échantillons de sperme soient congelés.

Utilisation du sperme congelé

Au moment souhaité, le sperme congelé peut être utilisé pour une insémination artificielle ou pour une fécondation in vitro, selon le cas spécifique à traiter.

Si la méthode employée a été celle de la congélation lente, la décongélation est rapide et fait passer l’échantillon de -196ºC à 37ºC en quelques minutes. Le processus dure une quinzaine de minutes et à partir de ce moment-là le processus de la technique de procréation assistée nécessaire est lancé.

Vos questions fréquentes

Les hommes doivent-ils congeler leur sperme pour préserver leur fertilité ?

Par Dr. Rocío Núñez Calonge (embryologiste sénior).

Bien que certaines recherches associent une augmentation de l’âge de l’homme avec des problèmes de fertilité, il n’y a cependant aucune certitude sur le sujet.

La production de spermatozoïdes dans le testicule est réalisée en continu, contrairement à la formation des ovocytes chez la femme. C’est pourquoi, chez les hommes , la congélation préventive du sperme n’a pas autant de sens que pour les femmes, pour lesquelles, après 35 ans, le nombre et la qualité des ovocytes diminuent.

À moins qu’il n’existe une pathologie susceptible d’affecter la production spermatique, que l’homme doive subir un traitement de chimiothérapie, de radiothérapie ou une chirurgie (comme c’est le cas des vasectomies), il n’est pas nécessaire de congeler son sperme.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

WHO Manual for standardized investigation and diagnosis and management of the infertile male. Cambridge: Cambridge University Press, 2000.

Kvist U, Björndahl L. ESHRE Monographs: Manual on Basic Semen Analysis. Oxford: Oxford University Press, 2002.

Sigman M, Zini A. (2009). Semen analysis and sperm function assays: what do they mean? Semin Reprod Med; 27: 115-123

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (febrero de 2012). “Saber más sobre fertilidad y reproducción asistida”. En colaboración con el Ministerio de Sanidad, Política Social e Igualdad del Gobierno de España y el Plan de Calidad para el Sistema Nacional de Salud.

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (2011). Manual de Andrología. Coordinador: Mario Brassesco. EdikaMed, S.L. ISBN: 978-84-7877.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Rebeca Reus
Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV). Plus d'informations
Dr. Rocío  Núñez Calonge
Embryologiste Sénior
Diplôme en sciences biologiques de l'Université Complutense de Madrid. Elle a une longue carrière scientifique et en tant que directrice de laboratoires. Elle est actuellement directrice scientifique de la clinique Tambre. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.