Cliniques de procréation assistée en Espagne

L’Espagne est l’un des pays qui pratique le plus de traitements de procréation assistée. Chaque année naissent 16 000 enfants grâce à ce type de techniques.

Les patients doivent savoir quelles cliniques remplissent les conditions minimums. C’est pourquoi, d’après l’Association Espagnole pour l’étude de la Biologie de la Procréation (Asebir), il est d’importance vitale d’établir un registre des centres autorisés.

Centres de procréation

Pour pallier à cette carence, Asebir a formé un groupe au sein du comité AENOR, avec pour objectif l’élaboration d’une norme pour le contrôle de qualité spécifique des laboratoires en Espagne, en matière de procréation assistée.

Il existe également un vide important en matière de registre des donneurs. Il est important de savoir si une femme a donné plus d’ovocytes que la loi ne le permet. La loi sur les techniques de procréation assistée mentionne une limite maximale de 6 enfants nés pour un même donneur, que ce soit une donneuse d’ovules ou un donneur de sperme. Cette limite est indispensable pour éviter des problèmes de consanguinité dans le futur. En effet, si beaucoup d’enfants naissent d’un même donneur, il se pourrait que certains aient des rapports entre eux dans le futur, générant toutes les implications médicales et éthiques que l’on peut imaginer.

Professionnels du secteur

Il y a plus de 700 professionnels inscrits à l’Asebir. Ils appartiennent à différentes disciplines: 81% sont diplômés en Biologie, 8% en Médecine, 6% en Pharmacie, 3% en Médecine Vétérinaire et 2% en Chimie. Dans les centres, plusieurs fonctions sont exécutées: manipulation de gamètes et de pré-embryons, analyses d’échantillons, évaluation des traitements de procréation et diagnostic de maladies.

Professionnels du secteur

L’Association Espagnole pour l’étude de la Biologie de la Procréation (Asebir) exige la création d’un registre ou d’une législation spécifique qui confère à ces professionnels la considération de professionnels de santé.

Selon Manuel Ardoy, président d’Asebir, il n’y a pas en Espagne de spécialité d’Embryologie clinique. En outre, il n’existe pas non plus de registre de ces professionnels.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.