Par Andrea Rodrigo (embryologiste) et Dr. Mark P. Trolice (gynécologue).
Dernière actualisation: 01/10/2018

La capacitation spermatique est un processus qui se passe naturellement chez les spermatozoïdes et leur permet d’avoir la capacité de féconder l’ovule.

Il est nécessaire qu’il se passe une série de changements dans leur structure. Ces changements se produisent tout au long du tractus reproducteur féminin et sont reproduits in vitro pour garantir le succès des traitements de PMA.

Dans cet article, nous distinguerons la capacitation naturelle de la capacitation artificielle lors des procédés d’insémination artificielle et fécondation in vitro.

Capacitation « in vivo »

Lorsqu’ils entrent en contact avec les fluides de l’appareil reproducteur féminin, les spermatozoïdes connaissent la dernière étape de leur développement où ils acquièrent la capacité de féconder.

À mesure que les spermatozoïdes avancent jusqu’à arriver dans les trompes de Fallope ou se trouve l’ovocyte, ils subissent une série de transformations. C’est ce qu’on appelle la capacitation spermatique.

Deux changements principaux se produisent:

  • D’une part, les spermatozoïdes acquièrent la capacité de mener à bien la réaction acrosomique qui leur facilitera la pénétration dans la zone pellucide. La réaction acrosomique permet la libération des enzymes de l’acrosome (structure du spermatozoïde), nécessaires pour traverser la zone pellucide.
  • D’autre part, ils observent un changement de mouvement, et passent d’un mouvement rectiligne à un mouvement oscillant caractérisé par de fortes impulsions de la tête. C’est l’hyperactivation spermatique.

Une fois les spermatozoïdes expulsés lors de l’éjaculation, la capacitation n’est pas produite en même temps que les autres. De cette manière, en arrivant à l’ovocyte, certains auront terminé le processus et d’autres non. Par conséquent, ceux qui sont déjà capacités auront une plus grande probabilité d’être le spermatozoïde qui permettra finalement la fécondation, à savoir le spermatozoïde choisi.

FIV

Lors d’un traitement d’insémination artificielle, les spermatozoïdes ne traversent pas le conduit reproducteur féminin complet, car ils sont déposés au fond de l’utérus. Par conséquent, il est nécessaire d’imiter les transformations molléculaires de la capacitation spermatique in vivo pour qu’ils acquièrent la capacité de fécondation.

Ainsi, lors de la fécondation in vitro, conventionnelle ou ICSI, le spermatozoïde doit passer par un processus de capacitation spermatique hors de l’organisme de la femme, car la fusion de l’ovule et du spermatozoïde a lieu en laboratoire.

Ces deux processus ont besoin d’un pré-traitement du sperme éjaculé connu comme capacitation spermatique in vitro.

Le processus de capacitation en laboratoire peut être pratiqué deux façons différentes:

  • Par gradients de densité
  • Par swing-up

Grâce à ces techniques, les spermatozoïdes sont séparés du liquide séminal en même temps qu’ils sont regroupés en fonction de leur mobilité et morphologie. Ainsi, on obtient une concentration des spermatozoïdes mieux préparée pour mener à bien la fécondation de l’ovocyte.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser "Le Calculateur". En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Enfin, ce rapport vous informera des éventuelles promotions ou prix spéciaux proposés par chaque clinique afin que vous puissiez en bénéficier.

Gradients de densité

On emploie deux ou trois milieux de différentes densités pour tenter d’imiter les différentes phases du chemin qu’auraient parcouru naturellement les spermatozoïdes.

Premièrement, on place les milieux plus ou moins denses dans un tube de laboratoire et ensuite, l’échantillon de sperme. Après la centrifugation du tube, les spermatozoïdes présentant les meilleures caractéristiques auront été capables de surmonter tous les gradients et d’arriver jusqu’au fond.

Il s’agit de la fraction qui sera utilisée lors du traitement de PMA, car ces spermatozoïdes présentent une mobilité progressive.

« Swim-up »

Ce processus est le plus ancien. Il consiste à sélectionner les meilleurs spermatozoïdes en fonction de leur capacité à progresser dans un milieu de culture déterminé.

L’échantillon de sperme est centrifugé pour concentrer toutes les cellules de l’éjaculat au fond du tube et éliminer le plasma séminal.

Ensuite, on ajoute un milieu de culture spécifique dans le tube pour évaluer si les spermatozoïdes de bonen qualité sont capables de nager vers le haut jusqu’au bord du liquide.

Après 45 minutes, on recueille la fraction supérieure où se trouvent les spermatozoïdes mobiles progressifs pour les employer lors de l’insémination artificielle ou la FIV.

Recomptage des spermatozoïdes mobiles (REM)

Après la capacitation, on analyse une goutte de l’échantillon obtenu pour évaluer le sperme qui sera utilisé lors du traitement.

Le résultat de cette analyse s’exprime en quantité de spermatozoïdes mobiles et en trajectoires rectilignes par millilitre de sperme éjaculé. C’est ce qu’on appelle REM (recomptage de spermatozoïdes mobiles).

La capacitation n’est pas uniquement réalisée pour obtenir un échantillon séminal capable de féconder avant de procéder à l’insémination artificielle ou la FIV mais surtout un examen pour diagnostiquer l’infertilité masculine.

On procède alors à un spermogramme REM. Il s’agit d’un spermogramme basique suivi d’une capacitation spermatique pour déterminer la meilleure technique reproductive, en fonction de la qualité du sperme.

Bien qu’ils soient purement orientatifs, les résultats de la capacitation sont souvent associés aux techniques de procréation assistée:

REM supérieur à 3 millions de spermatozoïdes mobiles par ml de sperme
la technique la plus adaptée est alors l’insémination artificielle.
REM d’entre 1 et 3 millions
la technique la plus recommandée dans ce cas est la fécondation in vitro conventionnelle (FIV).
REM inférieur à 1 million
les spécialistes recommandent la micro-injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI).

Vos questions fréquentes

Comment choisit-on la technique de capacitation spermatique à appliquer pour chaque cas ?

Par Dr. Mark P. Trolice (gynécologue).

Selon les caractéristiques de l’échantillon de sperme, une fois réalisée la ponction folliculaire, on peut procéder à une préparation séminale ou gradients de densité (nous utilisons le système iSolate®). Normalement, si les paramètres séminaux sont normaux, on a recours aux gradients de densité. En revanche, si les paramètres sont anormaux, on procède à une préparation de l’échantillon. Si un problème de fertilité est détecté chez l’homme lors du bilan de fertilité, on procede généralement à une préparation de l’échantillon, alors que la seconde technique est employée dans les cas de normozoospermie. Dans les deux cas, l’objectif est la capacitation de l’échantillon.

Peut-on réaliser une capacitation spermatique chez soi ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Pour réaliser la capacitation spermatique, il est nécessaire d’utiliser d’une centrifugeuse de laboratoire, de moyens spéciaux, de connaître les étapes du processus, etc. Par conséquent, il n’est pas possible de la réaliser chez soi.

Quelle est la meilleure méthode de capacitation des spermatozoïdes ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Aucune méthode n’est meilleure que l’autre, bien que le processus de gradients de densité permette d’obtenir des échantillons plus propres, car les cellules et spermatozoïdes présentant une mauvaise mobilité sont éliminés.

Dans tous les cas, le recours à une méthode ou à une autre va dépendre des préférences de chaque clinique de fertilité, de la qualité de l’échantillon séminal, de la technique de procréation assistée employée, etc.

Il existe la possibilité de réaliser une fusion des deux méthodes: une combinaison des gradients de densité et du swing-up. Après le passage par les gradients de densité, on passe l’échantillon obtenu par un milieu de culture pour sélectionner les meilleurs.

La capacitation spermatique est-elle remboursée en France ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Les examens réalisés lors d’un bilan d’infertilité sont pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie. Cependant, il faut être vigilant à ce que le laboratoire ou la clinique vous fournisse le formulaire de remboursement pour pouvoir constituer le dossier à la CPAM.

Il est recommandé de souscrire une complémentaire santé afin d’éviter les mauvaises surprises car de nombreux laboratoires et médecins spécialistes pratiquent l’exonération du ticket modérateur. Ainsi, sans mutuelle complémentaire, la facture pourrait être de plus de 800 euros.

La rédaction vous recommande

Comme nous l’avons expliqué plus haut, la capacitation spermatique est utilisée lors d’une insémination artificielle, d’une FIV ou d’une ICSI. Nous vous expliquons ici en quoi consiste: L’ICSI.

La stérilité masculine peut être occasionnée par différents facteurs, qui peuvent se regrouper en plusieurs catégories. Connaissez-vous ses causes? Vous les trouverez ici: La stérilité masculine.

Les causes qui poussent un homme à réaliser une capacitation spermatique ou un bilan d’infertilité sont multiples. L’une d’entre elles est l’azoospermie. La connaissez-vous? Vous trouverez l’explication par ici: L’azoospermie.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations
Dr. Mark P. Trolice
Docteur en Médecine, spécialisé en Gynécologie et Obstétrique par la Rutgers Robert Wood Johnson Medical School de New Jersey (USA.). Professeur associé au Département de Gynécologie et Obstétrique de l'University of Central Florida College of Medicine. Directeur de la clinique Fertility Care: The IVF Center. Titre de Top Doctor in America. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre de Floride: ME 78893

6 commentaires

    1. Alexandra

      Bonjour, on m’a réalisé une insémination avec un REM de 2.8 millions de spermatozoïdes, Je voudrais connaître les probabilités de succès.

      merci

      • Jessica Escudero

        Bonjour Alexandra,

        Un REM de 2,8 millions de spermatozoïdes est un bon chiffre pour obtenir un résultat positif lors d’une insémination artificielle. Chaque clinique réalise les inséminations avec un REM différent.

        Je vous recommande la lecture de notre article: L’insémination artificielle.

        bon courage,

    2. Dr berkane

      Swim up , gradian densité

    3. omar

      je veux savoir est-ce que l’examen microscope de sperme et la capacitation spermatique c’est la même chose?

      • Bonjour,

        C’est différent, la capacitation de sperme se fait pour concentrer dans l’échantillon les spermatozoïdes avec la meilleure mobilité et ainsi éliminer les autres. L’examen au microscope se fait quant à lui pour vérifier comment est l’échantillon : sa concentration, la mobilité, la morphologie, etc.