Par Cristina Mestre (embryologiste).
Dernière actualisation: 02/03/2015

L’autogreffe d’ovaire est une nouvelle technique qui consiste à extraire et congeler une partie du tissu ovarien pour plus tard le réimplanter à la patiente.

Grâce à cette technique, on peut maintenir les organes reproducteurs d’une femme intactes, afin qu’elle puisse tomber enceinte ultérieurement.

Cette technique est employée chez des femmes en âge fertile à qui on a diagnostiqué un cancer dont le traitement par chimio ou radiothérapie est très agressif, et qui souhaitent avoir une descendance dans le futur.

Le cancer en soi n’affecte habituellement pas la fertilité. C’est la chimiothérapie et la radiothérapie qui sont responsables des dommages causés aux ovaires. Il est fort probable qu’une fois la maladie surmontée, la femme ne retrouve pas sa stimulation ovarienne naturelle et, dans le cas où elle la récupère, les ovules générés sont souvent de moindre qualité. Cela empêche donc que la fécondation ou l’implantation de l’embryon ait lieu.

Greffe de tissu ovarien

Une fois la maladie surmontée, il est recommandé d’attendre plusieurs mois afin de retrouver sa fertilité. Si après un an la menstruation n’est pas revenue et si les contrôles du cancer le permettent, on peut commencer un traitement pour l’autogreffe de tissu ovarien. Les médecins décongèlent le tissu ovarien afin de le réinsérer dans l’ovaire correspondant. Une fois ce tissu transplanté, l’ovaire recommence à produire les hormones nécessaires et permet ainsi la reprise de l’ovulation.

Voici les aspects négatifs et les complications qui pourraient dériver de l’utilisation de cette technique: il faut tenir compte du fait que le tissu ovarien qui a été congelé après que le cancer a été diagnostiqué pourrait contenir des cellules cancérigènes capables de provoquer la réapparition de la tumeur. Toutefois, les fragments du tissu biopsié sont petits et on s’assure qu’il n’y ait pas de cellules cancéreuses présentes. Si un doute subsiste, on ne retransplante pas le tissu.

Des grossesses ont déjà été obtenues grâce à l’autogreffe, que ce soit avec l’aide de techniques de procréation assistée ou de façon naturelle en ayant des rapports sexuels non protégés. Le travail de l’oncologue est essentiel pour que les femmes souffrant d’un cancer puissent jouir de cette possibilité de préserver leur fertilité pour avoir des enfants après avoir surmonté la maladie. Les cancérologues doivent être conscients de cette situation et pouvoir expliquer à leur patiente toutes les options qui s’offrent à elle si elle désire être mère par la suite.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Cristina Mestre
Embryologiste
Diplômée en Sciences Biologiques, Génétique et Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV). Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'UV avec l'lnstituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Embryologiste à IVI Barcelona. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.