Par Neus Ferrando (embryologiste) et Dr. Jon Ander Agirregoikoa (gynécologue).
Dernière actualisation: 10/12/2014

Les antagonistes de la GnRH sont utilisés lors des traitements de procréation assistée tels que la Fécondation In Vitro conventionnelle et l’ICSI.

Ce sont des médicaments qui sont employés avec pour but d’éviter la lutéinisation folliculaire précoce et contrôler le moment de l’ovulation, pour qu’elle ne se produise pas prématurément.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Indications

La prescription des antagonistes de la GnRH est spécialement indiquée dans les cas suivants :

Effets

Les antagonistes de la GnRH sont un médicament qui s’utilise lors des traitements de procréation assistée pour la stimulation ovarienne dans divers traitements comme l’IA, la FIV ou l’ICSI.

Après son administration, les effets suivants se produisent :

  • Blocage des récepteurs de GnRH, empêchant que la GnRH s’unissent à eux (blocage compétitif). Les récepteurs de la GnRH sont situés sur la surface des cellules gonadotrophiques de l’hypophyse.
  • Répression de la synthèse de gonadotrophines (FSH et LH) par l’hypophyse en bloquant les récepteurs de la GnRH.
  • Action immédiate.
  • Non production de l’effet flare-up qu’occasionnent les agonistes de la GnRH.

Avantages

Les avantages de l’utilisation de ce médicament lors de cycles de procréation assistée sont les suivantes :

  • Suppression immédiate des niveaux sériques de LH, empêchant l’ovulation prématurée.
  • La durée du traitement de stimulation de l’ovulation est moins longue.
  • Il a pour habitude d’être bien toléré par la femme, avec peu d’effets secondaires, car la stimulation n’est pas très agressive.
  • On administre une plus petite dose de FSH.
  • La fréquence du syndrome d’hyperstimulation ovarienne (HSO) diminue.
  • La récupération de la fonction hypophysaire de la femme est rapide, de telle sorte qu’il n’affecte pas de nouvelles stimulations lors de cycles suivants.
  • Il ne cause pas de kystes folliculaires, en n’occasionnant pas d’effet flare-up qui provient des agonistes de la GnRH.

Inconvénients

L’usage d’antagonistes de GnRH présente peu d’inconvénients car, en étant une stimulation pas trop agressive, il est toléré par la plupart des femmes sans pratiquement aucune contre-indications.

Le seul problème qu’il existe est que le taux de grossesse est légèrement inférieur (entre 3% et 5% de moins) à l’obtention lors des protocoles de stimulation ovarienne où l’on utilise les analogues de GnRH dû aux effets des antagonistes sur l’endomètre, les trompes de Fallope, le follicule et l’ovocyte.

Les médicaments qui contiennent des antagonistes de GnRH et que l’on a pour habitude de prescrire dans les traitements de PMA sont le Cetrotide et l’Orgalutran.

Vos questions fréquentes

Comment influent les antagonistes de la GnRH sur la réceptivité de l’endomètre ?

Par Dr. Jon Ander Agirregoikoa (gynécologue).

La comparaison des protocoles avec les agonistes et les antagonistes de la GnRH et leur relation par rapport à l’impact sur la réceptivité de l’endomètre restent controversées. Cependant, certaines recherches ont montré que les agonistes et les antagonistes de la GnRH réduiraient légèrement la réceptivité de l’endomètre par rapport aux cycles naturels.

En revanche, d’autres recherches ont suggéré que les protocoles avec des antagonistes avaient un impact important sur l’expression de gènes liés à la réceptivité de l’endomètre humain, ainsi que sur le fait que les agonistes retardaient ce processus.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Neus Ferrando
Embryologiste
Diplômée en Biologie à l'Université de Valencia (UV). Diplôme en Biotechnologie de la Procréation Humaine Assistée par l'Université Miguel Hernández de Elche (UHM). Expérience comme responsable de laboratoire d'Embryologie et Andrologie. Plus d'informations
Dr. Jon Ander  Agirregoikoa
Diplôme en médecine de l'Université du Pays Basque, avec spécialisation en obstétrique et gynécologie. Il a plusieurs années d'expérience dans le domaine de la procréation assistée et est co-directeur et cofondateur des cliniques ART. Il combine également son activité médicale avec l'enseignement à l'Université du Pays basque. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 014809788
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.