Par Cristina Mestre (embryologiste).
Dernière actualisation: 13/02/2015

La morphologie spermatique est l’un des examens que l’on réalise lors du spermogramme: on évalue le pourcentage de spermatozoïdes ayant une morphologie normale. Certaines cliniques privilégient l’examen routinier de la morphologie, tandis que d’autres considèrent que ses résultats ne sont pas significatifs, étant donné que dans le cas où une ICSI serait nécessaire, ce sera l’embryologue qui choisira de visu le spermatozoïde qui selon lui remplit les critères de bonne mobilité et d’aspect.

Une morphologie correcte est importante car les altérations peuvent être d’origine génétique et la morphologie peut être le reflet de cette cause génétique. Un spermatozoïde dont l’information génétique, autrement dit la moitié de l’information du futur embryon, n’est pas bien codifiée et organisée ne donnera pas naissance à un embryon viable. Un sperme avec des valeurs de morphologie inférieures aux limites minimales de normalité présente une Tératozoospermie (ou tératospermie).

Evaluation de la morphologie spermatique

Pour étudier la forme des gamètes masculins, on commence par les fixer sur une lame. Cet échantillon ne pourra plus être utilisé après l’examen car les spermatozoïdes doivent être morts pour que l’on puisse en étudier la morphologie. On procède à une coloration biologique, par exemple avec de l’hématoxyline-éosine: l’éosine s’unit aux éléments électropositifs de la cellule et a une couleur rosée, tandis que l’hématoxyline s’unit aux molécules électronégatives des spermatozoïdes et est de couleur bleutée. La coloration des différentes structures permet une meilleure observation au microscope en augmentant la définition des membranes.

Morphologie spermatique

Pour évaluer la forme du spermatozoïde, on observe ses trois structures principales:

  • Tête
  • Pièce intermédiaire ou cou
  • Queue

La tête du spermatozoïde doit être ovale, c’est un signe de mauvais pronostic s’il ne présente pas d’acrosome (à l’extrémité de la tête), tout comme si elle est arrondie ou très large. Elle doit être occupée presque entièrement par le noyau de la cellule et ne pas présenter de nombreuses vacuoles en son sein. Les vacuoles sont des organites qui apparaissent de manière habituelle, mais s’il y en a beaucoup ou qu’ils sont excessivement grands, cela peut signifier que l’ADN est endommagé.

La pièce intermédiaire (ou cou) est située entre la tête et le flagelle et est une zone un peu plus élargie que la base de la queue. Sa fonction est primordiale parce qu’elle abrite les mitochondries, chargées de produire l’énergie, elles sont le moteur du mouvement du spermatozoïde. Les altérations dont cette partie peut souffrir est de ne pas présenter de courbure, d’être plus épaisse que la norme, de présenter des irrégularités ou même de ne pas exister.

Le flagelle est composé des mêmes molécules structurelles responsables de la correcte répartition des chromosomes lors de la mitose et de la méiose. Un flagelle irrégulier apportera des problèmes dans la répartition des chromosomes et, surtout, son mouvement ne pourra entrer en concurrence avec le battement d’un spermatozoïde de forme normale.

Forme du spermatozoïde. Critères d'évaluation

Il existe des altérations très claires comme la duplication ou l’absence de ces structures, les spermatozoïdes avec double queue, microcéphaliques ou macrocéphaliques, qui ne donneraient jamais naissance de manière naturelle à un embryon viable.

Critères d’évaluation

Les premières études sur la morphologie spermatique recensaient une liste d’anomalies et, si le spermatozoïde ne les présentait pas, on le considérait comme normal. Avec le temps, on a observé que la variété des altérations était tellement importante qu’on a choisi de standardiser la structure d’un spermatozoïde de bonne morphologie et de considérer comme des anomalies toutes les déviations par rapport à ce modèle.

Les spermatozoïdes de morphologie anormale peuvent présenter des anomalies au niveau de la tête, de la pièce intermédiaire et/ou de la queue.

Selon le critère de l’OMS, une valeur égale ou supérieure à 4% de spermatozoïdes avec une morphologie normale est considérée comme la normalité. Si l’indice de spermatozoïdes anormaux est supérieur à 96%, on parle de tératozoospermie.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Cristina Mestre
Embryologiste
Diplômée en Sciences Biologiques, Génétique et Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV). Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'UV avec l'lnstituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Embryologiste à IVI Barcelona. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.