Par Laura Garrido (embryologiste).
Dernière actualisation: 10/02/2015

L’adoption d’embryons revient moins cher qu’une procédure de fécondation in vitro; c’est pourquoi, en raison de la crise économique actuelle, de nombreux couples choisissent cette option pour avoir un enfant.

Des pays comme l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, la Suisse, la Norvège, les Pays-Bas, l’Irlande, la Belgique, la Bulgarie, la Suède, la Finlande, le Mexique, les Etats-Unis, l’Australie, l’Algérie, l’Argentine, le Guatemala, le Canada, Singapour, la Russie, l’Albanie et le Maroc, 24 au total, ont été la destination de 500 embryons attribués à des patients avec des problèmes de fertilité.

L'adoption d'embryons est moins chère

Un embryon correspond à l’étape initiale du développement de l’être humain. Le terme s’applique jusqu’à la fin de la septième semaine après la conception (la fécondation). A partir de la huitième semaine, l’embryon devient ce que l’on appelle un foetus.

Dans le cas de la reproduction sexuelle, la fusion du spermatozoïde et de l’ovule, la fécondation, détermine la formation d’un zygote, qui contient une combinaison de l’ADN des deux géniteurs. Ensuite, le zygote entame un processus de division qui engendre une croissance du nombre de cellules appelées blastomères.

Dans les laboratoires de procréation assistée, on peut maintenir les embryons en culture au maximum pendant 6 jours, période après laquelle ils doivent être congelés ou transférés dans l’utérus d’une femme.

40% des couples qui se soumettent à une FIV évitent de répondre à la question de l’avenir de leurs embryons congelés. C’est pourquoi, l’Institut Marquès de Barcelone a créé un programme au niveau international pour écouler ces embryons congelés.

Adopter des embryons

Avec le programme d’Adoption d’embryons, qui a débuté en 2004, le centre propose tous les embryons excédents de parents sains de moins de 35 ans. Grâce à ce programme, 468 bébés sont déjà nés.

La Loi de Procréation Assistée espagnole oblige les couples à signaler s’ils souhaitent conserver leurs embryons pour leur propre usage, les donner à d’autres couples ou les céder à la recherche. C’est pour cette raison que, comme le signale Marisa López-Tejión – la directrice de Procréation Assistée de l’Institut Marqués-, dans les traitements qui ont été réalisés avec des gamètes donnés (ovules, spermatozoïdes ou les deux), il est plus facile pour le couple de se désintéresser de leurs gamètes ou de leurs embryons.

Toute femme (seule ou en couple) en bonne santé psychophysique peut adopter des embryons. Nombre d’entre elles tentent de le faire depuis des pays extérieurs à l’Espagne, étant donné que dans leur pays où la législation est plus restrictive, elles ont déjà vécu plusieurs échecs de procréation assistée.

Auteurs et collaborateurs

 Laura  Garrido
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Pablo de Olavide (UPO), avec un Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV) et l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Expérience en laboratoires de FIV, andrologie et analyses générales. Plus d'informations

Un commentaire

    1. soso

      salut,

      je suis intéressée pour le don d’embryons.